Vous êtes ici : Accueil > Troubles du sommeil : Lexique > Nez bouché chronique

Nez bouché chronique

Mot commençant par la lettre :

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Retour

Définition du symptôme du nez bouché

Le nez bouché chronique est un symptôme banal de consultation, souvent dans le cadre d'une rhinite caractérisée par un ou plusieurs symptômes suivants: écoulement nasal, éternuements et envie de se gratter.

La rhinite ou rhume est considérée comme chronique lorsqu'elle évolue depuis plus de six mois. L'air inspiré pénétrant dans l'orifice narinaire glisse sur la tête du cornet inférieur. Lorsqu'il y a un obstacle muqueux se situant sur le trajet des courants aériens, c'est la que le patient va se plaindre de cette gêne chronique.

Le nez possède plusieurs fonctions: filtration, humidification et réchauffement de l'air, élimination des poussières, allergènes et bactéries de l'air, et enfin permettre de reconnaitre les odeurs. L’hypertrophie de cornets est l'une des causes les plus fréquentes de nez bouché chronique en milieu urbain et pollue. Elle est représentée par une augmentation de volume du cornet inférieur qui entraîne une diminution de la filière aérienne nasale.

Apres l'examen clinique, l'ORL complétera son bilan par une endoscopie nasale, une rhinométrie acoustique, un bilan allergologique et un scanner facial pour une appréciation précise des anomalies des voies aériennes supérieures.

Les causes du nez bouché

C'est après avoir éliminé les causes plus rares ou plus graves (polypose nasale, tumeurs) que l'ORL pourra vous proposer un traitement simple de votre nez bouche chronique. En effet, c'est une pathologie très fréquente mais dont l’épidémiologie est mal connue, excepté pour les rhinites allergiques.

La pollution atmosphérique augmente la prévalence de la rhinite allergique. En effet, les polluants atmosphériques provoquent des lésions inflammatoires de l’épithélium respiratoire. De plus, la pollution aurait une action sur le pouvoir allergisant de certains végétaux, elle modifierait la forme des grains de pollen et stimulerait ainsi l’expression d'immunoglobulines.

Les autres facteurs susceptibles d’influencer positivement le développement de la rhinite allergique saisonnière sont : la saison de naissance, l’existence d’antécédents, le tabac, le stress chronique.

Quel que soit l’agent agresseur, la muqueuse nasale réagit souvent de la même façon à des degrés divers :

  • augmentation de la perméabilité capillaire, responsable de l’extravasation plasmatique, d’où œdème muqueux et obstruction nasale ;
  • augmentation de la sécrétion glandulaire responsable de la rhinorrhée ;
  • stimulation des terminaisons nerveuses périphériques d’où éternuements, libération de neuromédiateurs, recrutement des cellules inflammatoires responsables de l’afflux de médiateurs.

Les mesures d'hygiène


1- Éviction de l'allergène

2- Mouchage : C’est une mesure essentielle d’hygiène des cavités nasales.

3- Lavages des fosses nasales : Certaines études cliniques ont montré les effets bénéfiques de lavages réguliers des fosses nasales avec un soluté physiologique.

Les lavages permettent le drainage des sécrétions, diminuent la stase, évacuent les particules irritantes et augmentent le mouvement ciliaire. Ils doivent être réalisés selon une technique rigoureuse : debout, la tête penchée au dessus d’un lavabo, alternativement du côté droit puis du côté gauche. Le lavage doit se terminer par un mouchage.

Le nez bouché chronique: comment y remédier? Y a t'il des solutions? Quels remèdes, traitements et/ou opérations?

Les avantages du laser

Lorsque cette rhinite résiste au traitement local sous forme de spray, la seule solution est d'enlever la muqueuse qui obstrue le passage de l'air.

Depuis peu, l'ablation de la muqueuse our turbinectomie peut être effectuée au laser CO2, sous simple anesthésie locale.
Une seule séance de cinq minutes suffit pour « déboucher » instantanément le nez. Les résultats de cette nouvelle technique ont été présentés au dernier congrès de la société française d'ORL.

Après la séance laser, le patient ne ressent aucune douleur ; il n'y a pas de pose de mèches, pas d'hémorragies nasales, et il est possible de reprendre ses activités aussitôt. Des croûtes, qui peuvent être plus au moins gênantes, s'élimineront peu à peu.

Les traitements médicaux

Traitements locaux : Corticoïdes

Corticoïdes : (cortisone)
La corticothérapie locale par voie nasale est administrée directement sur le lieu de la réaction inflammatoire et diminuent le taux de cellules inflammatoires dans la muqueuse nasale. Le traitement doit être poursuivi quelques semaines après avoir obtenu un effet thérapeutique car l’inflammation peut récidiver lors de traitements de courte durée.

Traitements généraux

  • Corticoïdes : 
Les corticoïdes peuvent être prescrits dans l’obstruction nasale pour leur effet anti-inflammatoire et/ou pour leur effet antiallergique. Ils agissent à toutes les phases de la réaction inflammatoire : vasculaire, cellulaire et cicatricielle. Contrairement à la voie locale, la voie générale a pour cible la muqueuse des voies aériennes supérieures (fosses nasales et sinus) dans sa totalité. La corticothérapie orale est actuellement prescrite le plus souvent en cure courte. Elle ne doit en aucun cas être envisagée comme traitement permanent. 

  • Antihistaminiques : 
Le principal mode d’action des antihistaminiques est le blocage des récepteurs H1 de l’histamine. Ainsi ils réduisent efficacement le prurit nasal, les éternuements et l’écoulement nasal, mais ont peu d’effet sur l’obstruction nasale.

En cas d'échec de ces traitements médicaux, une turbinectomie laser sera peut-être nécessaire.

Retour

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.