Vous êtes ici : Accueil > apnées du sommeil

apnées du sommeil

Le Syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS) est une maladie fréquente qui résulte de l'obstruction des voies aériennes supérieures (VAS) durant le sommeil. Ce syndrome peut être diagnostiqué grâce à une polysomnographie, qui démontrera l'obstruction des voies aérinnes, à raison de plus de 5 apnées par heure et de symptômes évocateurs. Lorsqu'il n'y a pas de signe cliniques, on considère qu'il s'agit d'un syndrome ,d'apnées du sommeil s'il y a plus de 15 apnées par heure. Cependant, il faut également prendre en compte les conséquences du SAOS liées aux micro-éveils, à la fragmentation du sommeil: hypersomnolence diurne, troubles psychologiques, troubles cardio-vasculaires, et ronflement.


Le risque d'obstruction des voies aériennes du fait des apnées

Le risque d'obstruction des voies aériennes est augmenté quand il ya des voies aéreinnes de calibre réduit, une compliance augmentée, plus de pressions positives poussant à la fermeture des VAS et une augmentation de la longueur des VAS. Dans ces conditons, les voies aériennes peuvent se collaber anormalement lorsqu'elles sont exposées à un flux aérien dynamique. Classiquement, ce collapsus des VAS survient à l'inspiration, quand la pression négative inspiratoire prédomine; mais, en fait, le collapsus n'est pas limité à l'inspiration et s'étend aussi à l'expiration.


Les sites d'obstruction des voies aériennes liés aux apnées

Ce sont les anomalies osseuses maxillo-faciales, avec rétrognathie (recul mentonnier), mais aussi des anomalies des tissus mous: amygdales trop grosses, voile du palais et luette trop longs et épais, paroi pharyngée latérale trop épaisse, langue trop grosse (macroglossie). Dans tous les cas, ces anomalies produisent un calibre des voies aériennes rétréci et avec plus de collapsus des VA.
L'évaluation du passage d'air dans les narines est important dans le SAOS. Un nez bouché chronique peut contribuer à aggraver un syndrome d'apnées du sommeil et le collapsus pharyngé. L'obstruction nasale et la respiration buccale sont importants dans le maintien du tonus musculaire. S'il y a une augmentation de la résistance aérienne et de l'obstruction au niveau des fosses nasales, cela augmente le collapsus des voies aériennes plus bas situées, donc du pharynx.

Le tonus musculaire des voies aériennes lié aux apnées

Le tonus musculaire diminue normalement à l'expiration, ce qui entraine un collapsus des voies respiratoires chez le sujet normal. Chez le non-apnéique, la perte de tous musculaire à l'expiration n'est pas suffisante pour causer une limitation de débit, alors que c'est le cas chez les patients apnéiques. Chez ces derniers, la combinaison du manque de tonus musculaire pendant l'expiration et de la diminution du tonus musculaire liée au sommeil cause une obstruction complète des voies aériennes à la fin de l'expiration.

La diminution du flux aérien en résultant entraine une asphyxie, avec des efforts respiratoires augmentés pour pouvoir respirer et la stimulation des chémorécepteurs à l'origine de micro-éveils et d'une fragmentation du sommeil.

La somnolence diurne liée aux apnées

La somnolence est un état de base physiologique aussi importante que la faim ou la soif. Le manque de sommeil est la cause de la somnolence et le fait de dormir permet de diminuer le risque de somnolence.

 

Dans une journée de 24 heures, le maximum de somnolence survient généralement au milieu de la nuit durant le sommeil. Quand on ne peut dormir à ce moment, entre 2 et 6 heures du matin, cela entraine irritabilité, léthargie, somnolence et troubles des fonctions cognitives, avec troubles de la concentration et de la mémoire. Il y a deux types de somnolence: la somnolence objective et la somnolence subjective.

 

La somnolence objective est marquée par un ralentissement du rythme alpha à l'EEG, montrant ainsi une baisse de la vigilance. De plus, on peut effectuer des tests de sommeil de  latences multiples.

 

La somnolence subjective:

Il y a deux portes du sommeil dans 24 heures:  de 2 à 6 heures du matin et de deux à 6 heures de l'après-midi, car durant ces périodes la tendance à la somnolence est augmentée. Mais, tous les patients manquant de sommeil n'ont pas obligatoirement de somnolence. Ils se plaindront alors de fatigue, de léthargie, d'irritabilité de mal-être, de difficulté à se concentrer au travail. Les épisodes où la somnolence est plus intense, pouvant survenir sans prévenir, sont appelés des attaques de sommeil, surtout présentes lors de la conduite automobile; plusieurs échelles de somnolence ont été mises au point afin de quantifier le risque de somnolence dans différentes situations quotidiennes. Les plus connues sont l'échelle de somnolence de Stanford et l'échelle de somnolence d'Epworth.

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.