Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Un mauvais sommeil peut favoriser l'hypertension

Un mauvais sommeil peut favoriser l'hypertension

PARIS - Le sommeil, auquel nous consacrons un tiers de notre vie, est essentiel à la santé, mais l'on ignore souvent que ses perturbations peuvent favoriser la survenue d'une hypertension artérielle ou la rendre difficile à traiter, selon les spécialistes.
Le Comité Français de Lutte contre l'Hypertension Artérielle (CFLHTA) entend combattre cette méconnaissance en lançant, le 14 décembre date de la Journée nationale de lutte contre l'hypertension, sa campagne d'information sur le thème "Hypertendus, dormez-vous bien ?".
Un test simple pour détecter des troubles du sommeil pouvant être associés à une hypertension et un livret d'information seront diffusés à cette occasion.
Près de onze millions de personnes sont traitées pour hypertension, soit un quart de la population adulte, relève le professeur Jean-Jacques Mourad, président du CFLHTA.
"La pression artérielle varie au cours de la journée, et c'est normal. La nuit elle baisse, tout comme la fréquence des battements cardiaques, et s'élève à nouveau quelques minutes avant le réveil", explique-t-il.
"Mais le manque de sommeil ou un mauvais sommeil avec des anomalies, en particulier en cas d'apnée du sommeil (pauses respiratoires répétées pouvant durer une minute ou plus) favorisent la survenue, l'installation d'une hypertension ou sa résistance au traitement une fois qu'elle a été diagnostiquée", avertit ce spécialiste.
Le risque de développer une hypertension est multiplié par trois chez les personnes souffrant du syndrome d'apnée du sommeil.
Fatigue et somnolence inexpliquées pendant la journée, ronflements, irritabilité, voire impuissance, peuvent être révélateurs de la maladie.
Selon une enquête du CFLHTA, 1,1% des adultes sont traités pour apnée du sommeil, contre 2,7% pour les patients ayant seulement une hypertension et 10,9% pour ceux ayant une hypertension, un diabète et un excès de cholestérol.
12,2% des hypertendus présentent des signes de somnolence excessive diurne (10,9% dans la population non hypertendue).
Les ronflements sont plus fréquents chez les hypertendus que dans la population en général (33% contre 24%) et en cas d'excès de poids.
lire la suite:
http://www.romandie.com/infos/news2/101202161514.c08tshrz.asp
PARIS - Le sommeil, auquel nous consacrons un tiers de notre vie, est essentiel à la santé, mais l'on ignore souvent que ses perturbations peuvent favoriser la survenue d'une hypertension artérielle ou la rendre difficile à traiter, selon les spécialistes.

Le Comité Français de Lutte contre l'Hypertension Artérielle (CFLHTA) entend combattre cette méconnaissance en lançant, le 14 décembre date de la Journée nationale de lutte contre l'hypertension, sa campagne d'information sur le thème "Hypertendus, dormez-vous bien ?".
Un test simple pour détecter des troubles du sommeil pouvant être associés à une hypertension et un livret d'information seront diffusés à cette occasion.

Près de onze millions de personnes sont traitées pour hypertension, soit un quart de la population adulte, relève le professeur Jean-Jacques Mourad, président du CFLHTA.
"La pression artérielle varie au cours de la journée, et c'est normal. La nuit elle baisse, tout comme la fréquence des battements cardiaques, et s'élève à nouveau quelques minutes avant le réveil", explique-t-il.
"Mais le manque de sommeil ou un mauvais sommeil avec des anomalies, en particulier en cas d'apnée du sommeil (pauses respiratoires répétées pouvant durer une minute ou plus) favorisent la survenue, l'installation d'une hypertension ou sa résistance au traitement une fois qu'elle a été diagnostiquée", avertit ce spécialiste.
Le risque de développer une hypertension est multiplié par trois chez les personnes souffrant du syndrome d'apnée du sommeil.
Fatigue et somnolence inexpliquées pendant la journée, ronflements, irritabilité, voire impuissance, peuvent être révélateurs de la maladie.
Selon une enquête du CFLHTA, 1,1% des adultes sont traités pour apnée du sommeil, contre 2,7% pour les patients ayant seulement une hypertension et 10,9% pour ceux ayant une hypertension, un diabète et un excès de cholestérol.
12,2% des hypertendus présentent des signes de somnolence excessive diurne (10,9% dans la population non hypertendue).
Les ronflements sont plus fréquents chez les hypertendus que dans la population en général (33% contre 24%) et en cas d'excès de poids.
lire la suite:
http://www.romandie.com/infos/news2/101202161514.c08tshrz.asp

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.