Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Sleep Cycle: je couche avec mon iPhone

Sleep Cycle: je couche avec mon iPhone

L’idée était de tester Sleep Cycle, une application qui veille sur la qualité de votre sommeil et se propose de vous réveiller en douceur.
Vous posez le soir l’iPhone (branché !) face contre matelas et il enregistre vos mouvements. La promesse : votre sommeil a différentes phases. En sommeil profond vous remuez peu. Quand vous rêvez, vous vous agitez un peu plus. Et quand vous êtes carrément en mouvement, Sleep Cycle suppose à juste titre que vous êtes réveillé.
Le matin, dans un intervalle d’une demi heure que vous lui fixez, votre téléphone décide du meilleur moment pour vous réveiller en fonction de la qualité de votre sommeil en vous sifflant une petite musique zen dans les oreilles. L’appli a été en tête des ventes des applis payantes dans de nombreux pays de l’Allemagne à la Corée du sud.
Premier matin, je me réveille avant
Je l’ai testée plusieurs jours. Le premier soir, j’ai eu du mal à m’endormir craignant de faire tomber le téléphone. Le premier matin, je me suis réveillée un quart d’heure avant mon téléphone, me demandant s’il marchait bien et quand est-ce qu’il se mettrait en marche.
Les jours suivants, ça a marché et j’ai passé un moment à décortiquer les graphiques produits par l’application au réveil (cf ci-dessus). La semaine suivante, je ne voyais plus l’urgence qu’il y avait à débrancher mon réveil radio pour brancher mon iPhone à la place (d’autres auraient pensé à acheter une prise multiple).
Au Centre du Sommeil et de la Vigilance de l’Hôtel Dieu à Paris, Maxime Elbaz s’insurge contre l’idée que les seuls mouvements du corps puissent témoigner de la profondeur du sommeil :
“Pour mesurer les cycles du sommeil, il faut mettre des électrodes et mesurer l’activité du cerveau”, nous explique-t-il par téléphone (qui sert aussi à téléphoner), “l’actrimétrie – la mesure des mouvements – détermine si la personne dort ou pas”.
Son équipe a conseillé le développement d’iSommeil, une application qui diffuse une lumière rouge orangée pour vous aider à vous endormir (la lumière rouge orangée aide la secrétion de la mélatonine qui favorise l’endormissement). Le téléphone enregistre ensuite les ronflements pour détecter d’éventuelles apnées du sommeil et il vous réveille le lendemain avec une lumière bleue et un tableau résumant votre nuit en décibels (“tu vois que tu ronfles !”) et en apnées. Il prépare une deuxième version avec d’autres fonctions de suivi du sommeil.
« Ils postent les graphs sur Facebook »
A Sleepcycle, Maciek Drejak (comme son nom l’indique, l’appli est suédoise) travaille à la version 3. Il nous explique par e-mail les prochains enrichissements. “Dreaming” (rêve) sera supprimé des légendes “parce que les recherches nous ont montré que Sleep Cycle ne pouvait pas détecter le sommeil paradoxal avec suffisamment de fiabilité”. Voilà qui va faire plaisir à Maxime Elbaz. Les possibilités graphiques doivent aussi être développées dans la prochaine version. En dehors de la fascination de se voir dormir, on lui demande ce que ses utilisateurs font de leurs graphiques.
“Ils les postent sur Facebook, les comparent, les utilisent pour arriver tard au travail… Plus sérieusement, certains les utilisent pour mesurer l’impact de leur consommation de café ou du sport sur leur sommeil”.
On voudrait savoir si le graphique risque de faire des zig-zags si on a un invité dans son lit.
“La version actuelle n’est pas suffisamment sensible pour détecter les mouvements des autres personnes (précision, on ne pensait qu’à un invité à la fois) donc ce n’est un pas un problème. La nouvelle version à laquelle je travaille est beaucoup plus sensible. J’ai dû créer des algorithmes pour filtrer les mouvements des autres pour la version 3.0”
lire la suite: http://blogs.lesinrocks.com/pasau20heures/2010/10/22/sleep-cycle-je-couche-avec-mon-iphone/
L’idée était de tester Sleep Cycle, une application qui veille sur la qualité de votre sommeil et se propose de vous réveiller en douceur.
Vous posez le soir l’iPhone (branché !) face contre matelas et il enregistre vos mouvements. La promesse : votre sommeil a différentes phases. En sommeil profond vous remuez peu. Quand vous rêvez, vous vous agitez un peu plus. Et quand vous êtes carrément en mouvement, Sleep Cycle suppose à juste titre que vous êtes réveillé.
Le matin, dans un intervalle d’une demi heure que vous lui fixez, votre téléphone décide du meilleur moment pour vous réveiller en fonction de la qualité de votre sommeil en vous sifflant une petite musique zen dans les oreilles. L’appli a été en tête des ventes des applis payantes dans de nombreux pays de l’Allemagne à la Corée du sud.
Premier matin, je me réveille avant
Je l’ai testée plusieurs jours. Le premier soir, j’ai eu du mal à m’endormir craignant de faire tomber le téléphone. Le premier matin, je me suis réveillée un quart d’heure avant mon téléphone, me demandant s’il marchait bien et quand est-ce qu’il se mettrait en marche.
Les jours suivants, ça a marché et j’ai passé un moment à décortiquer les graphiques produits par l’application au réveil (cf ci-dessus). La semaine suivante, je ne voyais plus l’urgence qu’il y avait à débrancher mon réveil radio pour brancher mon iPhone à la place (d’autres auraient pensé à acheter une prise multiple).
Au Centre du Sommeil et de la Vigilance de l’Hôtel Dieu à Paris, Maxime Elbaz s’insurge contre l’idée que les seuls mouvements du corps puissent témoigner de la profondeur du sommeil :
“Pour mesurer les cycles du sommeil, il faut mettre des électrodes et mesurer l’activité du cerveau”, nous explique-t-il par téléphone (qui sert aussi à téléphoner), “l’actrimétrie – la mesure des mouvements – détermine si la personne dort ou pas”.
Son équipe a conseillé le développement d’iSommeil, une application qui diffuse une lumière rouge orangée pour vous aider à vous endormir (la lumière rouge orangée aide la secrétion de la mélatonine qui favorise l’endormissement). Le téléphone enregistre ensuite les ronflements pour détecter d’éventuelles apnées du sommeil et il vous réveille le lendemain avec une lumière bleue et un tableau résumant votre nuit en décibels (“tu vois que tu ronfles !”) et en apnées. Il prépare une deuxième version avec d’autres fonctions de suivi du sommeil.
« Ils postent les graphs sur Facebook »
A Sleepcycle, Maciek Drejak (comme son nom l’indique, l’appli est suédoise) travaille à la version 3. Il nous explique par e-mail les prochains enrichissements. “Dreaming” (rêve) sera supprimé des légendes “parce que les recherches nous ont montré que Sleep Cycle ne pouvait pas détecter le sommeil paradoxal avec suffisamment de fiabilité”. Voilà qui va faire plaisir à Maxime Elbaz. Les possibilités graphiques doivent aussi être développées dans la prochaine version. En dehors de la fascination de se voir dormir, on lui demande ce que ses utilisateurs font de leurs graphiques.
“Ils les postent sur Facebook, les comparent, les utilisent pour arriver tard au travail… Plus sérieusement, certains les utilisent pour mesurer l’impact de leur consommation de café ou du sport sur leur sommeil”.
On voudrait savoir si le graphique risque de faire des zig-zags si on a un invité dans son lit.
“La version actuelle n’est pas suffisamment sensible pour détecter les mouvements des autres personnes (précision, on ne pensait qu’à un invité à la fois) donc ce n’est un pas un problème. La nouvelle version à laquelle je travaille est beaucoup plus sensible. J’ai dû créer des algorithmes pour filtrer les mouvements des autres pour la version 3.0”
lire la suite: http://blogs.lesinrocks.com/pasau20heures/2010/10/22/sleep-cycle-je-couche-avec-mon-iphone/

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.