Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Rythmes de l'enfant et impact sur la sante

Rythmes de l'enfant et impact sur la sante

Le rapport de l’Académie de Médecine sur les rythmes scolaires de l’enfant et leur impact sur sa santé connaît un écho important en ligne également. Voici un article synthèse de bonne facture issu du Journal du Développement durable. Parmi les recommandations de l’académie de Médecine, la création d’un « Observatoire des rythmes de l’enfant ». Le rapport d’étude de l’Académie de Médecine est consultable ici :
http://www.academie-medecine.fr/detailPublication.cfm?idRub=26&idLigne=1768


Et le texte restitué ci-dessous,

 Rythmes scolaires : L’école ne swingue pas Bio !
« Efficacité de notre système éducatif et santé des enfants en lien avec une perturbation de leurs rythmes biologiques » sont les deux objets d’observations du rapport adopté par l’Académie Nationale de Médecine (ANM) le 19 janvier. Une condamnation sans appel des rythmes scolaires imposés aux élèves français.
« Si on met l’enfant au centre de la réflexion sur le temps scolaire il faut prendre en considération l’apport des rythmes biologiques ». Avant de développer leurs conclusions, les rapporteurs de l’Académie, les professeurs Yvan Touitou et Pierre Bégué rappellent le premier des préalables aujourd’hui occulté. « L’enfant n’est pas au centre de la réflexion. L’aménagement du temps scolaire prend en compte de nombreux facteurs sociaux, économiques, politiques, pédagogiques. » Les « partenaires » consultés agissent en fonction d’objectifs différents, souvent opposés.


Quelles conclusions ?
La crédibilité du rapport s’appuie sur les divers travaux scientifiques concernant les rythmes biologiques, l’impact de l’organisation du temps scolaire sur la santé et sur les résultats des élèves. Le rapport atteste que « la préservation de ses rythmes biologiques et psychophysiologiques est donc indispensable à la bonne santé de l’enfant qui dépend, entre autre, de la qualité de son sommeil dans sa durée et sa régularité. » Les conclusions et recommandations de l’Académie de Médecine s’organisent autour de données biologiques établies. En premier lieu le sommeil. « La mauvaise qualité du sommeil a pour corollaire une altération des capacités d’apprentissage entraînant une faible réussite scolaire pouvant aller jusqu’au retard scolaire, des troubles d’anxiété, de dépression et du comportement (violence, hyperactivité, ...). » Préconisation : retarder l’entrée en classe pour prendre en compte la fatigue de l’enfant en début de matinée, en organisant notamment des activités calmes. Ce qui est plus nécessaire encore pour celui dont le temps de sommeil n’est pas respecté. Concernant « l’activité intellectuelle et la vigilance », elles sont en baisse en début de matinée et d’après-midi. La semaine de 4 jours (lundi, mardi, jeudi et vendredi) est pointée du doigt parce qu’elle « s’accompagne d’une désynchronisation avec diminution de la vigilance de l’enfant les lundi et mardi », et jeudi et vendredi. Le week-end est trop long, comme la deuxième coupure du mercredi. Les journées de 6 heures sont aussi trop longues. L’ANM rappelle ensuite les « périodes difficiles », en automne et en hiver vers fin février, la fatigue est plus importante. Le « bruit et la vie à l’école » sont aussi cités comme facteurs aggravants. Le « stress et le surmenage scolaire » dus aux programmes pléthoriques sont notamment dénoncés.


Quelles recommandations ?
Celles « destinées aux décideurs » suggèrent pour commencer d’introduire « la notion d’hygiène de travail respectant leurs rythmes ». En tenant compte des rythmes de performances journaliers le rapport recommande d’enseigner « les matières difficiles aux moments d’efficience scolaire reconnus, en milieu de matinée et en milieu d’après-midi. » A l’école primaire, l’Académie pointe du doigt « le rôle néfaste (...) de la semaine dite de 4 jours sur la vigilance et les performances des enfants les deux premiers jours de la semaine liées à une désynchronisation liée au week-end prolongé. » Des études attestent de plus grandes performances mnésiques des enfants après un week-end d’un jour et demi au lieu de deux. La semaine scolaire devrait s’organiser « sur une journée moins longue (5h par exemple et sur une semaine de 4 jours et demi ou 5 jours comme dans la plupart des pays européens, en proposant 1 h d’études dirigées en fin de classe l’après-midi). » Le collège est, de son côté, invité à revoir les emplois du temps. Leur traitement « est actuellement le même, quelle que soit la classe (de la 6ème à la 3ème), sans tenir compte de l’âge de l’enfant ». Quant au calendrier annuel, des périodes de 7 à 8 semaines de classe alternées avec des périodes de 2 semaines de vacances, permettraient de rééquilibrer les trimestres de l’année scolaire. L’Académie recommande entre 180 et 200 jours de classe par an, avec des journées moins longues, au lieu des 144 dans les conditions actuelles. Elle préconise enfin la Création d’un « Observatoire des rythmes de l’enfant ».


Réactions
La suppression du samedi matin à la rentrée 2008 mise en oeuvre sans concertation par Xavier Darcos, a conduit à la mise en place de la semaine de quatre jours dans 98% des écoles de France. Les conclusions de l’ANM sont une pierre supplémentaire à l’unanimité scientifique sur ces questions. Des chercheurs avaient déjà alerté en 2008 des dangers de la nouvelle organisation de la semaine scolaire. Le SNUipp (syndicat majoritaire des écoles) et la FCPE (première fédération de parents) avaient dénoncé l’absence de réflexion et les motivations gouvernementales étrangères à l’intérêt de l’enfant. Ils sont aujourd’hui les premiers à réagir. Alors que le ministère répond de manière embarrassée que chaque école a choisi son organisation de la semaine, le SNUipp demande à ce dernier « de cesser de se défausser » et souligne « la nécessité d’une remise à plat de l’organisation de la semaine et de la journée scolaires » dans le cadre d’un « dialogue approfondi » avec tous les acteurs. « La FCPE attend le lancement du véritable débat sur les rythmes, (et) s’attachera à ce que des décisions concrètes soient prises pour mettre fin aux aberrations pédagogiques et de santé actuelles ».


Les parents aussi
Les parents devront d’ailleurs entendre les « recommandations » faites à leur encontre par l’ANM : informer l’enfant de l’importance du sommeil et veiller à ce que celui-ci soit suffisant et régulier, restreindre à moins de deux heures par jour le temps passé devant un écran, pas de télévision avant le coucher, ni console de jeu, ni télé dans la chambre, aménager le temps périscolaire pour des activités structurées culturelles et sportives. En pointant de cette manière le rôle des parents, l’ANM veut-elle rappeler que tous les enfants ne sont pas égaux à leur entrée à l’école et donc que certains sont encore plus vulnérables dans le cadre d’une organisation scolaire foncièrement irrespectueuse des rythmes biologiques de l’enfant ? Et si nous parlions éducation durable.
2 février 2010, Gilles Daniel.
http://www.developpementdurablelejournal.com/spip.php?article5952

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.