Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Plus d'un Canadien adulte sur quatre a un risque élevé d'apnée du sommeil

Plus d'un Canadien adulte sur quatre a un risque élevé d'apnée du sommeil

L'Association pulmonaire du Canada incite les Canadien-nes à vérifier s'ils ont un risque d'apnée du sommeil, un trouble respiratoire sérieux qui pourrait affecter environ 7 millions de personnes au pays
VANCOUVER, COLOMBI-BRITANNIQUE--(Marketwire - 31 oct. 2010) - De nouvelles statistiques alarmantes tirées d'une vaste enquête nationale révèlent que 26 % des Canadiens adultes de 18 ans et plus ont un risque élevé d'apnée du sommeil. L'Association pulmonaire du Canada incite les Canadien-nes à faire évaluer leur risque.
L'apnée du sommeil est un trouble respiratoire sérieux; les personnes qui en souffrent font des dizaines, voire des centaines de pauses respiratoires (ou « apnées ») par nuit. L'enquête a révélé qu'environ 7 millions de Canadien-nes ont soit l'apnée du sommeil, soit un risque élevé de la développer.
« Il est alarmant que très peu de ces Canadien-nes à risque aient été examinés pour l'apnée du sommeil », affirme le Dr John Fleetham, conseiller pour l'enquête et président du Comité sur les troubles respiratoires du sommeil de la Société canadienne de thoracologie (SCT) – la section médicale de l'Association pulmonaire du Canada.
« Nous avons toujours présumé que la plupart des cas d'apnée du sommeil passaient inaperçus, mais cette enquête canadienne à grande échelle est la première à nous fournir des indications sur l'ampleur du problème », note Brian Graham, également conseiller de l'enquête, et président du Groupe de travail sur les maladies chroniques de l'Association pulmonaire du Canada. 
L'enquête a par ailleurs révélé que seulement 5 % des personnes ayant un risque élevé d'apnée du sommeil sont testées. « Les gens devraient être mieux informés des symptômes de l'apnée du sommeil et les personnes à risque élevé doivent être testées. Les médecins de famille doivent être conscients du fait que le quart de leurs patients pourraient avoir un risque élevé d'apnée du sommeil », ajoute M. Graham. « Les Canadien-nes qui ont des signes et symptômes de l'apnée du sommeil devraient parler à leur médecin de la possibilité de passer un test. »
Apnée du sommeil = suffocation à répétition pendant le sommeil
Lors de chaque épisode d'apnée du sommeil, le taux d'oxygène dans le sang diminue; de plus, le sommeil est perturbé car le dormeur doit se réveiller brièvement pour recommencer à respirer. Toutefois, il ne se réveille pas complètement et ne se souvient habituellement pas de l'épisode. Ce cycle se répète tout au long de la nuit, interférant avec le sommeil réparateur.
L'effet sur le corps des épisodes répétés de suffocation et du manque chronique de sommeil découlant d'interruptions fréquentes a des conséquences à la fois physiques et psychologiques. Les personnes atteintes d'apnée du sommeil non traitée ont plus de chances d'avoir un accident de véhicule motorisé, et d'hypertension artérielle, de crise cardiaque, de rythme cardiaque irrégulier, de dépression, d'impuissance et de diabète. « Chaque jour, au Canada, des accidents d'automobile sont causés par des conducteurs atteints d'apnée du sommeil qui s'endorment au volant. Des mariages sont brisés et des emplois sont perdus, parce que des cas ne sont pas diagnostiqués, donc non traités », signale le Dr Fleetham.
Le traitement est simple et efficace
« Heureusement, il existe des traitements très sûrs et efficaces contre l'apnée du sommeil, qui font effet dès le début », précise le Dr Fleetham. Le traitement le plus répandu est la ventilation à pression positive continue (CPAP), qui pousse un jet d'air en continu dans un masque spécial pour garder les voies respiratoires ouvertes pendant le sommeil. « Malheureusement, ce traitement n'est couvert que par les régimes d'assurance maladie de l'Ontario, du Manitoba et de la Saskatchewan; donc plusieurs patients aux ressources financières limitées dans d'autres provinces ne sont pas traités », poursuit-il. 
Dans certains cas, un dispositif dentaire spécial peut être porté pendant la nuit pour avancer légèrement la mâchoire inférieure, ce qui garde les voies respiratoires ouvertes. La plupart des personnes ainsi traitées font état d'un sommeil amélioré et d'une disparition de leurs ronflements et de leur somnolence excessive de jour.
http://www.marketwire.com/press-release/Plus-dun-Canadien-adulte-sur-quatre-a-un-risque-eleve-dapnee-du-sommeil-1344230.htm
L'Association pulmonaire du Canada incite les Canadien-nes à vérifier s'ils ont un risque d'apnée du sommeil, un trouble respiratoire sérieux qui pourrait affecter environ 7 millions de personnes au pays
VANCOUVER, COLOMBI-BRITANNIQUE--(Marketwire - 31 oct. 2010) - De nouvelles statistiques alarmantes tirées d'une vaste enquête nationale révèlent que 26 % des Canadiens adultes de 18 ans et plus ont un risque élevé d'apnée du sommeil. L'Association pulmonaire du Canada incite les Canadien-nes à faire évaluer leur risque.

 
L'apnée du sommeil est un trouble respiratoire sérieux; les personnes qui en souffrent font des dizaines, voire des centaines de pauses respiratoires (ou « apnées ») par nuit. L'enquête a révélé qu'environ 7 millions de Canadien-nes ont soit l'apnée du sommeil, soit un risque élevé de la développer.

 
« Il est alarmant que très peu de ces Canadien-nes à risque aient été examinés pour l'apnée du sommeil », affirme le Dr John Fleetham, conseiller pour l'enquête et président du Comité sur les troubles respiratoires du sommeil de la Société canadienne de thoracologie (SCT) – la section médicale de l'Association pulmonaire du Canada.

 
« Nous avons toujours présumé que la plupart des cas d'apnée du sommeil passaient inaperçus, mais cette enquête canadienne à grande échelle est la première à nous fournir des indications sur l'ampleur du problème », note Brian Graham, également conseiller de l'enquête, et président du Groupe de travail sur les maladies chroniques de l'Association pulmonaire du Canada. 
L'enquête a par ailleurs révélé que seulement 5 % des personnes ayant un risque élevé d'apnée du sommeil sont testées. « Les gens devraient être mieux informés des symptômes de l'apnée du sommeil et les personnes à risque élevé doivent être testées. Les médecins de famille doivent être conscients du fait que le quart de leurs patients pourraient avoir un risque élevé d'apnée du sommeil », ajoute M. Graham. « Les Canadien-nes qui ont des signes et symptômes de l'apnée du sommeil devraient parler à leur médecin de la possibilité de passer un test. »

 
Apnée du sommeil = suffocation à répétition pendant le sommeil
Lors de chaque épisode d'apnée du sommeil, le taux d'oxygène dans le sang diminue; de plus, le sommeil est perturbé car le dormeur doit se réveiller brièvement pour recommencer à respirer. Toutefois, il ne se réveille pas complètement et ne se souvient habituellement pas de l'épisode. Ce cycle se répète tout au long de la nuit, interférant avec le sommeil réparateur.
L'effet sur le corps des épisodes répétés de suffocation et du manque chronique de sommeil découlant d'interruptions fréquentes a des conséquences à la fois physiques et psychologiques. Les personnes atteintes d'apnée du sommeil non traitée ont plus de chances d'avoir un accident de véhicule motorisé, et d'hypertension artérielle, de crise cardiaque, de rythme cardiaque irrégulier, de dépression, d'impuissance et de diabète. « Chaque jour, au Canada, des accidents d'automobile sont causés par des conducteurs atteints d'apnée du sommeil qui s'endorment au volant. Des mariages sont brisés et des emplois sont perdus, parce que des cas ne sont pas diagnostiqués, donc non traités », signale le Dr Fleetham.

 
Le traitement est simple et efficace
« Heureusement, il existe des traitements très sûrs et efficaces contre l'apnée du sommeil, qui font effet dès le début », précise le Dr Fleetham. Le traitement le plus répandu est la ventilation à pression positive continue (CPAP), qui pousse un jet d'air en continu dans un masque spécial pour garder les voies respiratoires ouvertes pendant le sommeil. « Malheureusement, ce traitement n'est couvert que par les régimes d'assurance maladie de l'Ontario, du Manitoba et de la Saskatchewan; donc plusieurs patients aux ressources financières limitées dans d'autres provinces ne sont pas traités », poursuit-il. 

 
Dans certains cas, un dispositif dentaire spécial peut être porté pendant la nuit pour avancer légèrement la mâchoire inférieure, ce qui garde les voies respiratoires ouvertes. La plupart des personnes ainsi traitées font état d'un sommeil amélioré et d'une disparition de leurs ronflements et de leur somnolence excessive de jour.

Lire la suite: 
http://www.marketwire.com/press-release/Plus-dun-Canadien-adulte-sur-quatre-a-un-risque-eleve-dapnee-du-sommeil-1344230.htm

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.