Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Leshommes ronflent plus que les femmes

Leshommes ronflent plus que les femmes


Ronfler, c'est gênant pour l'entourage mais aussi très mauvais pour la santé du principal intéressé. Traitements médicaux ou chirurgie : des solutions existent.


Le ronflement chronique est bien souvent objet de dérision, de moquerie ou de colère de la part de l'entourage. Pourtant, il s'agit de ne pas mésestimer ses méfaits sur la santé du ronfleur puisque ces passages d'air bruyant reflètent une réelle asphyxie chronique, d'autant plus sévère que le bruit émis est intense.

Tout d'abord, il faut savoir que le ronflement est souvent dû à un excédent de tissus au fond de la gorge, entraînant une vibration sonore lors du passage de l'air. 40% des Français de plus de 50 ans ronflent régulièrement, sachant qu'il y a plus d'hommes dans ce cas que de femmes. Pourquoi ? Il semblerait que des raisons anatomiques soient derrière tout cela pour l'homme. La femme, quant à elle, bénéficierait du rôle protecteur de la progestérone sur les tissus musculaires de la bouche. Sauf qu'à partir d'un certain âge, les femmes produisant moins de cette hormone protectrice et les tissus étant moins toniques, les ronflements touchent indifféremment les deux sexes et peuvent avoir tendance à s'accentuer.

Bien souvent, les hommes sont les ronfleurs et leurs femmes subissent sans rien pouvoir n'y faire leurs émissions sonores.


A première vue, rien ne semble alarmant ni très grave dans le fait de ronfler. Cela peut amuser parfois, mais rendre dingue aussi. Dans certains cas, l'intensité du ronflement peut atteindre 95 décibels, soit l'équivalent d'un camion passant à proximité ! Le conjoint peut connaître de graves troubles du sommeil et à terme, cela peut causer des tensions dans le couple qui peuvent avoir de graves conséquences. D'autre part, il faut être vigilant car le ronflement peut être aussi un signe d'apnées du sommeil, maladie fréquente chez l'adulte, puisqu'on considère qu'elle touche environ 5 % de la population.

Surpoids, tabagisme, alcool et somnifères favorisent les ronflements
Dans l'imaginaire collectif, c'est bien simple, la plupart des hommes ronflent... Loin de n'être qu'une vue de l'esprit, ce lieu commun n'est pas si éloigné de la réalité que cela puisqu'effectivement, environ la moitié de la population adulte ronfle, parmi lesquels 60 % d'hommes.

Boire de l'alcool avant de dormir favorise fortement les ronflements.
Hormis le nez bouché et le fait d'être un homme, des facteurs de risques ont été identifiés comme favorisant le ronflement :

De nombreuses études ont prouvé que le tabac et le surpoids augmentaient considérablement les risques de ronfler. Voilà deux éléments sur lesquels il est possible d'agir.

Alcool et somnifères provoquent également les ronflements, parce qu'ils provoquent tous deux un relâchement du tonus musculaire. Mieux vaut donc les éviter avant le coucher.

De même, les rhumes et congestions nasales en tous genres provoquent des ronflements intempestifs. Si vous vous savez malade, n'hésitez pas à utiliser des décongestionnants nasaux et autres inhalations.

Le relâchement des tissus avec l'âge a pour conséquence d'augmenter les risques de ronfler.

De manière plus indirecte, d'autres situations peuvent favoriser ces émissions sonores qui ont le don d'enquiquiner l'entourage du ronfleur. C'est notamment le cas de la position allongée sur le dos puisque cela amène la langue vers l'arrière du palais, réduisant ainsi le

De simples mesures d'hygiène peuvent réduire les ronflements
 
Perdre les kilos permet aussi d'atténuer les ronflements.
Alors que faire pour enfin mettre fin aux ronflements et laisser son partenaire d'oreiller (et éventuellement les occupants des pièces voisines !) dormir en paix ?

La première chose à faire est de consulter un ORL.

Attention, les produits antironflement vendus en pharmacie n'ont pas démontré scientifiquement leur efficacité. Souvent décevants, ils ne peuvent se substituer au diagnostic d'un médecin qui saura déterminer, et traiter, la cause des ronflements.

Avant d'envisager la chirurgie, l'ORL va chercher des facteurs favorisant le ronflement : surpoids, tabagisme, prise d'alcool, d'hypnotiques ou de tranquillisants le soir. La première étape consiste à très logiquement supprimer, dans la mesure du possible, ces facteurs.
Une meilleure hygiène de vie permet généralement de réduire les ronflements.

D'ailleurs, il ne tient qu'à vous de mettre en pratique quelques simples mesures pour en constater la portée sur les ronflements :

Mesure de bon sens, éviter l'alcool et les somnifères avant de dormir. En effet, tous les deux ont pour effet de relaxer les tissus mous de la gorge.

Eviter le surpoids car l'embonpoint est LA cause la plus fréquente des ronflements.

Adopter une bonne position pour dormir : sur le côté ou sur le ventre. Il faut éviter autant que faire se peut de dormir sur le dos. Pour les compagnons d'oreiller, il ne faut pas hésiter à mettre le ronfleur dans la bonne position. Cela n'atténue pas les ronflements les plus bruyants mais peut bien marcher sur les ronflements modérés.

"Le masque est un véritable médicament"
Si une meilleure hygiène de vie n'a pas eu les résultats escomptés et/ou si les ronflements s'accompagnent d'apnées du sommeil, il est nécessaire d'offrir au patient un traitement lui permettant de mieux respirer la nuit. C'est l'ORL, en accord avec le patient, qui orientera vers l'un ou l'autre. Il existe actuellement 2 traitements de référence.

La ventilation par pression positive continue : cette appellation scientifique désigne en fait simplement une méthode qui consiste à faire porter au patient un masque nasal durant le sommeil. Ce masque est raccordé à un appareil qui souffle de l'air pressurisé. Ce dispositif permet de contrer l'obstruction des voies aériennes qui se trouvent ainsi dégagées. Il peut être très efficace s'il est bien toléré, ce qui n'est pas toujours le cas. D'autant qu'il doit être porté toutes les nuits

La prothèse dentaire : le principe est de faire porter au patient une gouttière dentaire durant son sommeil. Egalement appelée "orthèse d'avancée mandibulaire", elle permet de maintenir la mâchoire inférieure et la langue en avant, de manière à augmenter l'ouverture de la bouche, lui permettant ainsi de recevoir plus d'air. Ce traitement s'adresse le plus souvent aux personnes souffrant de légères apnées du sommeil ou à celles pour qui le traitement par pression positive continue n'est pas ou peu efficace.

Les lecteurs racontent dans quelle mesure le port du masque a changé leur vie, qu'ils soient ronfleurs ou compagnons de ronfleurs !

a: "Il est allé voir un pneumologue qui l'a hospitalisé une nuit avec un tas de branchements sur la tête pour calculer le nombre d'apnées à l'heure. C'était plusieurs apnées par minute. Il lui a été prescrit un appareil à mettre toutes les nuits, sur le nez relié à un petit boîtier gros comme un kilo de sucre (on avait entendu dire que c'était une grosse machine, qui faisait autant de bruit que le ronflement et c'est pour ça que mon mari ne voulait pas consulter). Aujourd'hui, plus d'apnées du sommeil, plus de ronflement et il l'emmène partout car il ne peut plus s'en passer. Et pour moi, vive la nuit !"



b:"La solution contre mes ronflements ? Appareillage obligatoire. Une certaine gêne quand je dois dormir ailleurs à cause du bruit de la pompe. C'est loin d'être une tenue sexy pour la nuit. L'appareil est un véritable médicament. J'ai pas mal d'insomnies suite au décès de mon fils et le masque me permet de concentrer mon esprit sur son ronron."

 
Fatigue et somnolence, principales conséquences des apnées du sommeil
                                                                                                                                                                                                  
Au réveil, maux de tête et intense fatigue sont le lot des personnes souffrant du syndrome des apnées obstructives du sommeil
Si le ronflement peut prêter à rire ou rendre fous les conjoints, il doit néanmoins être pris au sérieux car il peut dissimuler une maladie plus grave, le syndrome d'apnées obstructives du sommeil ou, plus simplement, les apnées du sommeil.

Elles se caractérisent par des arrêts de la respiration au cours de la nuit causés par un relâchement de la langue et des muscles de la gorge.

Les ronflements s'interrompent alors durant 10 à 30 secondes, période durant laquelle le sujet ne respire plus.

Plus le ronflement est fort, plus il est possible qu'il y ait ces apnées.

Difficile de les repérer puisqu'elles se produisent pendant le sommeil, à moins que le conjoint ne s'en aperçoive.
                                   
Par ailleurs, certains signes permettent de les repérer :                                                                                                                                                      

Maux de têtes matinaux.
Réveils multiples.
Sueurs.
Envie d'uriner durant la nuit.



A force d'avoir un sommeil irrégulier et déstructuré, les personnes qui souffrent d'apnées sont sujettes aux somnolences et aux endormissements pendant la journée. En découlent des difficultés professionnelles liées aux baisses de concentration notamment.

Mais également un plus grand nombre d'accidents de la route, le risque étant multiplié par 6 ! De plus, à force de mal respirer, l'oxygénation des tissus et des organes ne se fait plus correctement. A long terme, ceci est mauvais pour les vaisseaux, le cœur et le cerveau. Les risques d'infarctus et d'attaque cérébrale sont plus grands. Si vous êtes en surpoids, si vous êtes obligé de vous lever souvent la nuit pour uriner et que vous avez de l'hypertension artérielle, il faut consulter votre médecin pour lui parler de ces symptômes.

en savoir de plus
Sur la rubrique santé

Interview Dr Fleury : "Les ronflements ne doivent pas être pris à la légère"
Quand on parle de ronflements, on est tenté de sourire. Pourtant, ils cachent de réels dysfonctionnements et ne sont pas à prendre à la légère. Il arrive en effet que certains ronfleurs arrêtent de respirer pendant leur sommeil.

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.