Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Les hommes sont-ils tous ronfleurs?

Les hommes sont-ils tous ronfleurs?

Les hommes sont-ils tous ronfleurs ?

Aux côtés d'un ronfleur, les nuits n'ont rien d'un long fleuve tranquille: avec 100 décibels pour les ronflements les plus bruyants -comme le ronronnement d'un moteur de poids lourd-, voilà qui a de quoi mettre à rude épreuve la plus patiente des «moitiés». «De fait, le ronflement est l'une des rares pathologies où le demandeur n'est pas le malade lui-même, mais son conjoint» , remarque le Pr Frédéric Chabolle, chef du service ORL (hôpital Foch, Suresnes) et secrétaire général de la Société française d'ORL. Cette sonorité, pour le moins dérangeante, provient très souvent du voile du palais qui vibre sous l'effet du passage de l'air. Il peut vibrer parce qu'il est trop long, palmé ou pas assez tonique, ou, encore, parce qu'il est trop lourd. Les kilos pris avec l'âge y sont alors pour beaucoup. Une obstruction nasale et/ou une mâchoire inférieure trop reculée (rétrognathe) sont deux autres causes possibles, en particulier chez la femme et l'homme jeunes.

Comme une consommation excessive d'alcool ou la prise régulière de somnifères (qui accentuent la détente du voile) n'arrangent rien, l'ORL demande au ronfleur d'améliorer son hygiène de vie: l'adieu aux kilos superflus, des dîners légers et sans alcool, c'est le b.-a.-ba.

Dans la majorité des cas, ce n'est pas suffisant. Quand le dormeur ronfle uniquement lorsqu'il se met sur le dos, une astuce consiste à lui coudre une balle de tennis placée dans une poche, au dos de sa veste de pyjama: il lui est alors impossible de se mettre dans cette position et dormir sur le côté devient un réflexe. «D'autres astuces ont été imaginées pour améliorer le passage de l'air, comme des bandelettes de dilatation nasale, des produits à base d'huiles essentielles à vaporiser dans le nez ou sur le voile, mais aucune étude rigoureuse n'a prouvé leur efficacité, remarque le Pr Chabolle. Quant à l'oreiller électrique qui réveille le dormeur au moindre ronflement, il a pour conséquence de remplacer son sommeil profond réparateur par un sommeil superficiel de moindre qualité. De là à se réveiller fatigué…»

À côté de ces solutions controversées, d'autres ont reçu l'aval de la société française d'ORL. Il s'agit de l'orthèse d'avancée mandibulaire sur mesure -à faire réaliser par son dentiste- qui se présente comme un appareil dentaire en deux parties, ajustées l'une sur le maxillaire supérieur, l'autre sur le maxillaire inférieur. Un levier reliant les deux gouttières permet d'avancer la mâchoire inférieure. Résultat, la base de la langue est repoussée vers l'avant, dégageant le fond de la gorge. C'est assez efficace, mais pas toujours bien accepté car l'appareil doit être porté chaque nuit.

Pas de solution universelle
Dans ce cas, l'ORL peut se tourner vers les traitements du voile du palais par radiofréquence ou laser (sous anesthésie locale) ou par chirurgie (sous anesthésie générale). Aucun n'est remboursé: comptez plusieurs centaines d'euros. «Le choix se fait selon le geste à accomplir -d'où l'importance du bilan initial pour repérer ce qui vibre et provoque le ronflement-, la nécessité de reprendre vite son travail ou pas et l'expérience de l'ORL», explique le Dr Marc Blumen, ORL (centre médical Veille Sommeil, 92).

Avec les radiofréquences qui consistent à piquer et chauffer légèrement le voile du palais pour le rendre plus rigide, il est possible de traiter en une seule ou plusieurs séances réalisées à huit semaines d'intervalle (indolore dans ce cas). Il n'y a pas besoin d'arrêt de travail. Mais il faut compter six à huit semaines pour apprécier les résultats. Avec la chirurgie ou le laser, les résultats sont plus rapides (quatre semaines), mais les suites immédiates sont plus douloureuses. «Après une chirurgie, il faut aussi compter dix à quinze jours d'arrêt de travail. C'est la solution la plus efficace, quand en plus d'un voile du palais trop long, il faut retirer deux grosses amygdales et/ou corriger la cloison nasale et/ou toute autre structure impliquée dans le ronflement. Il n'y a donc pas de solution universelle», précise le Dr Blumen.

Après traitement, le ronflement a de bonnes chances de diminuer, mais pas forcément de disparaître. C'est souvent suffisant pour que le conjoint retrouve son sommeil, du moins, s'il était initialement de bonne qualité. «Or ce n'est pas toujours le cas. Nous avons mené une enquête auprès de 20 couples, entre autres pour vérifier si l'épouse avait un sommeil de meilleure qualité lorsqu'elle dormait sans son “ronfleur de mari”. C'était loin d'être systématique. En poussant les investigations, nous nous sommes aperçus que 25% de ces épouses étaient elles-mêmes ronfleuses sans le savoir. De quoi expliquer pourquoi certains ronflements du mari, pourtant traités avec succès, n'améliorent pas le sommeil du couple», (...)
Par Nathalie Szapiro-Manoukian
http://www.lefigaro.fr/sante/2010/11/21/01004-20101121ARTFIG00204-les-hommes-sont-ils-tous-ronfleurs.php

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.