Vous êtes ici : Accueil > Actualités > L’apnée du sommeil, maladie du ronfleur ?

L’apnée du sommeil, maladie du ronfleur ?

Qui dans son entourage n’a pas subi les agressions bruyantes d’un ronfleur ou pire, constaté des arrêts de respiration pendant le sommeil de son compagnon ? Outre l’aspect banal de ce symptôme, celui-ci peut masquer une autre pathologie beaucoup plus sérieuse, les apnées du sommeil. 
 
Le ronflement touche environ 20% de la population française et l’apnée du sommeil 4%. La proportion d’hommes est plus élevée mais les femmes ne sont pas épargnées par ce problème. Les enfants peuvent aussi être atteints en particulier s’ils ont de grosses amygdales.
 
Les apnées du sommeil correspondent à un trouble du sommeil et de la respiration. Le patient atteint de ce syndrome est un ronfleur qui fait des poses respiratoires pendant son sommeil. Ces pauses peuvent durer jusqu’à 30 à 40 secondes. Le pharynx se resserre, l’air ne passe plus et la respiration s’arrête pendant au moins 10 secondes, et ce plusieurs fois par nuit.
 
Les arrêts respiratoires, courts au début de la maladie, deviennent de plus en plus longs. Ces difficultés respiratoires entraînent un défaut d’oxygénation de l’organisme. Il faut que la personne s’éveille, que les muscles se contractent pour laisser passer l’air à nouveau et que la respiration reparte.
 
La victime type de l’apnée du sommeil est un homme de 30 à 60 ans, qui a des problèmes de poids. En effet, les kilos superflus entraînent une obstruction plus facile des voies respiratoires. Le fait de boire de l’alcool est aussi un facteur qui entre en jeu : le relâchement musculaire est alors plus grand.
 
Le dormeur ne se rend pas forcément compte de ce problème. Souvent, c’est le conjoint qui s’inquiète des arrêts respiratoires. Outre ces manifestations nocturnes, plusieurs signes peuvent faire penser à un problème d’apnées du sommeil : fatigue excessive, somnolence dans la journée, ronflement de plus en plus bruyants, sommeil de mauvaise qualité, pertes de mémoire, maux de tête au réveil et parfois hypertension artérielle.
 
Toutefois, ce n’est pas parce que vous ronflez que vous souffrez forcément d’apnées du sommeil. Les deux problèmes peuvent être indépendants. Si vous avez des soupçons, le diagnostic sera confirmé par une consultation dans un centre du sommeil : en y passant la nuit, vous pouvez avoir un enregistrement de différents paramètres de votre sommeil. Un problème d’apnée sera ainsi détecté facilement.
 
L’apnée du sommeil n’est pas un problème à négliger. Car les insomnies, la somnolence ou la fatigue ne sont pas les seules conséquences possibles de ce trouble. A long terme, la mauvaise oxygénation de l’organisme va entraîner des troubles cardiaques, de l’hypertension artérielle et même des risques d’infarctus. C’est pourquoi il est important de consulter son médecin et de traiter au plus vite le problème.
 
Dans les cas bénins, le fait d’adopter une bonne hygiène de vie suffit parfois à éliminer les symptômes. Ainsi, il est conseillé aux malades de réduire leur consommation d’alcool et de cigarette. Une mesure efficace est la perte de poids, qui va permettre de faire disparaître la gêne de la respiration.
 
Mais si ces changements ne suffisent pas, le traitement de référence est la ventilation « en pression positive ».
lire la suite:
http://www.linfo.re/-Beaute-Sante-/L-apnee-du-sommeil-maladie-du-ronfleur
Qui dans son entourage n’a pas subi les agressions bruyantes d’un ronfleur ou pire, constaté des arrêts de respiration pendant le sommeil de son compagnon ? Outre l’aspect banal de ce symptôme, celui-ci peut masquer une autre pathologie beaucoup plus sérieuse, les apnées du sommeil
 
Le ronflement touche environ 20% de la population française et l’apnée du sommeil 4%. La proportion d’hommes est plus élevée mais les femmes ne sont pas épargnées par ce problème. Les enfants peuvent aussi être atteints en particulier s’ils ont de grosses amygdales.
 
Les apnées du sommeil correspondent à un trouble du sommeil et de la respiration. Le patient atteint de ce syndrome est un ronfleur qui fait des poses respiratoires pendant son sommeil. Ces pauses peuvent durer jusqu’à 30 à 40 secondes. Le pharynx se resserre, l’air ne passe plus et la respiration s’arrête pendant au moins 10 secondes, et ce plusieurs fois par nuit.
 
Les arrêts respiratoires, courts au début de la maladie, deviennent de plus en plus longs. Ces difficultés respiratoires entraînent un défaut d’oxygénation de l’organisme. Il faut que la personne s’éveille, que les muscles se contractent pour laisser passer l’air à nouveau et que la respiration reparte.
 
La victime type de l’apnée du sommeil est un homme de 30 à 60 ans, qui a des problèmes de poids. En effet, les kilos superflus entraînent une obstruction plus facile des voies respiratoires. Le fait de boire de l’alcool est aussi un facteur qui entre en jeu : le relâchement musculaire est alors plus grand.
 
Le dormeur ne se rend pas forcément compte de ce problème. Souvent, c’est le conjoint qui s’inquiète des arrêts respiratoires. Outre ces manifestations nocturnes, plusieurs signes peuvent faire penser à un problème d’apnées du sommeil : fatigue excessive, somnolence dans la journée, ronflement de plus en plus bruyants, sommeil de mauvaise qualité, pertes de mémoire, maux de tête au réveil et parfois hypertension artérielle.
 
Toutefois, ce n’est pas parce que vous ronflez que vous souffrez forcément d’apnées du sommeil. Les deux problèmes peuvent être indépendants. Si vous avez des soupçons, le diagnostic sera confirmé par une consultation dans un centre du sommeil : en y passant la nuit, vous pouvez avoir un enregistrement de différents paramètres de votre sommeil. Un problème d’apnée sera ainsi détecté facilement.
 
L’apnée du sommeil n’est pas un problème à négliger. Car les insomnies, la somnolence ou la fatigue ne sont pas les seules conséquences possibles de ce trouble. A long terme, la mauvaise oxygénation de l’organisme va entraîner des troubles cardiaques, de l’hypertension artérielle et même des risques d’infarctus. C’est pourquoi il est important de consulter son médecin et de traiter au plus vite le problème.
 
Dans les cas bénins, le fait d’adopter une bonne hygiène de vie suffit parfois à éliminer les symptômes. Ainsi, il est conseillé aux malades de réduire leur consommation d’alcool et de cigarette. Une mesure efficace est la perte de poids, qui va permettre de faire disparaître la gêne de la respiration.
 
Mais si ces changements ne suffisent pas, le traitement de référence est la ventilation « en pression positive ».
lire la suite:
http://www.linfo.re/-Beaute-Sante-/L-apnee-du-sommeil-maladie-du-ronfleur

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.