Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Jeune et sommeil

Jeune et sommeil

Le quotidien algérien La Nouvelle République évoque, dans un article datant du 20 août, les modifications des rythmes physiologiques du sommeil et les perturbations du rythme circadien de température liées à l’observation du jeûne, et ce dans le cadre d’une réflexion sur les effets sur la santé du Ramadhan. Cet article met ainsi en exergue notamment l’incidence des comportements alimentaires sur le sommeil. Vous trouverez l’article ci-dessous.


http://www.lanouvellerepublique.com/actualite/lire.php?ida=79785&idc=24&date_insert=20090820

« Les contre-indications du jeûne

Diabétiques : faites attention !

Tout dépend du type de pathologies. On distingue, en effet, les pathologies organiques des pathologies fonctionnelles. Dans le premier cas, c'est le dysfonctionnement d'un ou plusieurs organes qui va être à l'origine de la pathologie. C'est le cas du diabète insulinodépendant par exemple. Les personnes avec ce type de maladies vont devoir être particulièrement prudentes pour leur jeûne, et doivent se faire conseiller par un médecin pour éviter de mettre leur vie en danger. Le Coran est bien clair là-dessus : il ne faut pas mettre sa vie en danger ? Dans le cas de pathologies fonctionnelles, c'est une carence ou au contraire une surcharge qui va générer des complications. Ainsi, on retrouve dans cette catégorie l'hypercholestérolémie, ou bien encore le diabète fonctionnel. Les personnes atteintes de ce type de pathologies ont, elles, tout à gagner à faire le jeûne du mois de Ramadhan.

 

Un jeûne bien fait donne une acuité cérébrale bien plus aiguë

Si l'on ne se nourrit pas correctement, le jeûne peut être à l'origine de malaises et de pertes d'attention potentiellement dangereuses. L'une des principales erreurs est de se gaver de sucreries toute la nuit, soit disant pour tenir le coup. Le sucre est une solution à court terme, pour se délasser de la fatigue intellectuelle. Ensuite, il faut donner à son corps tout ce dont il a besoin pour affronter le jeûne, et notamment suffisamment d'eau pour que les reins puissent fonctionner normalement.

 

Un jeûne bien fait n'entraîne pas de diminution des capacités cognitives, bien au contraire, il donne une acuité cérébrale bien plus aiguë. Pourquoi ? Et bien comme tous les autres organes, gros consommateurs de sucre en temps normal, sont au repos, le précieux carburant est essentiellement utilisé par le cerveau. Le corps étant «en roue libre», on laisse plus facilement circuler l'esprit. L'un des principes du jeûne du Ramadhan est de pouvoir libérer l'esprit sans martyriser le corps.

 

Puisque le plus mérité durant ce mois sont les soirées nocturnes et conviviales, notre rythme du sommeil est souvent troublé. Le résultat d’une expérience faite récemment par une équipe de chercheurs sur quelques personnes durant le mois de Ramadhan a démontré que le temps d’endormissement s’est allongé en période de jeûne et que l’organisation des différentes phases du sommeil s’est modifiée. Le temps global de sommeil a diminué, mais de façon inégale. la proportion de sommeil non paradoxal a augmenté tandis que le temps de sommeil paradoxal (phase de sommeil durant laquelle on rêve) lui, a diminué ?

 

En même temps que ces modifications du sommeil, des perturbations du rythme circadien de température ont également été observées. Il existe, en effet, des variations cycliques de la température du corps au cours d’une journée, et celles-ci sont décalées de 2 à 3 heures pendant la période de jeûne. Une augmentation de la température corporelle a également été enregistrée la nuit ainsi qu’une diminution de l’amplitude de ces cycles (différence entre la température la plus élevée et la moins élevée). En bref, le jeûne modifie les rythmes physiologiques du sommeil et de la température, les deux étant liés. Les chercheurs ont vérifié que la valeur énergétique de la nourriture ne changeait pas pendant la période de Ramadhan. Elle ne pouvait donc pas expliquer ces modifications du sommeil. Selon eux, l’inversion des rythmes alimentaires serait à l’origine des modifications observées. On ne peut, cependant, pas exclure que l’excitation apportée par la rupture du jeûne le soir venu ne facilite pas l’endormissement et contribue à ces décalages de rythmes. Autrement dit, l’ambiance plus festive le soir favorise un coucher plus tardif !

 

 

Un dernier conseil !

Après le mois de Ramadhan, on a souvent observé de gros problèmes de santé. L’année dernière, entre 1 million et 1 million 300 000 nouveaux diabètes ou diabètes décompensés (augmentation importante du taux de glucose sanguin chez les personnes diabétiques) ont été observés chez nous. C’est réellement énorme ! Alors qu'en respectant les principes d’une bonne nutrition équilibrée telle proposée par des spécialistes, il est possible de faire tranquillement le jeûne sans avoir d'effets collatéraux. Même après ce mois, nous n’aurons pas besoin de réadapter notre organisme à un rythme alimentaire normal et, surtout, couchez-vous le plus tôt possible ! »

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.