Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Dormir sur ses deux oreilles

Dormir sur ses deux oreilles

Accueil › Santé 
Une journée du sommeil pour dormir sur ses deux oreilles
Publié le jeudi 18 mars 2010 à 18H18
Portes ouvertes demain au centre du sommeil de l’hôpital de la Timone 
 
Le docteur Marc Rey, neurologue, en consultation pour diagnostiquer un trouble du sommeil.
Photo Florian Launette
 
Portes ouvertes demain au centre du sommeil à l’hôpital de la Timone. Une occasion pour le public d’y rencontrer les personnels qui veillent sur les dormeurs en proie à des troubles du sommeil. Une opération menée dans le cadre de la 10e journée nationale du sommeil orientée cette année sur les enfants et les personnes âgées. Des seniors nombreux à mal dormir ; 40% des plus de 75 ans se plaignant de leur sommeil quand la somnolence excessive dans la journée concernerait jusqu’à 30 % des plus de 65 ans selon l’institut national du sommeil et de la vigilance, initiateur de cette journée. Les pathologies du sommeil augmentant avec l’âge, leurs répercutions sur la vie quotidienne sont importantes.
Ainsi au centre du sommeil tel que celui de la Timone, on consulte pour des insomnies mais aussi pour les troubles respiratoires nocturnes qui empoisonnent celui qui en souffre comme celle ou celui qui partage le lit. Au premier rang de ces affections, l’apnée du sommeil qui touche un bon nombre d’hommes de plus de 50 ans, en surpoids et qui ronflent depuis longtemps. Des candidats à une consultation au centre du sommeil qui se verront poser des électrodes sur la tête pendant la nuit afin d’enregistrer l’activité cérébrale du cerveau et sur le nez pour capter les flux ; une séance nocturne filmée par une caméra pour corréler informations et images. Le docteur Marc Rey, neurologue, responsable du centre du sommeil, peut louer l’ère numérique. "Avant l’informatisation du recueil de données, il fallait éditer 1500 pages par nuit et par patient. Plus des heures de cassettes vidéo. Dans ces conditions, le sommeil n’était pas étudié comme il l’est aujourd’hui. Nous parvenons maintenant à comprendre ce qui se passe la nuit. N’oublions pas que le sommeil représente le tiers d’une vie… Et quand on dort mal, on est mal dans la journée".
Au-delà des pathologies telles que l’apnée du sommeil dont les formes sévères nécessitent le port, la nuit, d’un masque et l’usage d’un compresseur qui souffle de l’air pour maintenir les voies aériennes ouvertes, c’est le mode de vie d’une large part de la population qui la pousse à ne dormir que sur une oreille. La journée du sommeil permettra aux praticiens d’énoncer quelques règles dont on oublie l’évidence dans une société qui, comme le rappelle le docteur Rey, "voudrait nous priver de sommeil". Et de stigmatiser "les horaires décalés, de nuit, qui cassent les gens". Et toutes "les stimulations comme le télé ou l’ordinateur dans la chambre". De moins en moins respectueux des rythmes biologiques, l’Homme marche sur la tête jusqu’à en perdre le sommeil. Pourtant, ceux qui dorment ne sont pas des fainéants.
Programme de la journée du sommeil vendredi 19 mars :
Portes ouvertes de 10 h à midi au centre du sommeil, 3e étage de l’hôpital de la Timone, à Marseille. Accueil du public avec distribution d’information sur les pathologies du sommeil. Rencontre avec les personnels du centre et explication sur les méthodes d’exploration du sommeil. Par groupe, observation des enregistrements avec les praticiens.
Et conférences sur le sommeil de 17h à 19h, amphithéâtre HA3, rez-de-chaussée de l’hôpital de la Timone :
"La mesure du sommeil humain et ses variations avec l’âge" par le docteur Rey ; "Le sommeil de l’enfant, de sa mise en place à son altération" par le docteur Bat.
Olivier Salmon 
http://www.laprovence.com/article/sante/une-journee-du-sommeil-pour-dormir-sur-ses-deux-oreilles
Une journée du sommeil pour dormir sur ses deux oreilles
Publié le jeudi 18 mars 2010
Portes ouvertes demain au centre du sommeil de l’hôpital de la Timone 
 
Le docteur Marc Rey, neurologue, en consultation pour diagnostiquer un trouble du sommeil.
 
Portes ouvertes demain au centre du sommeil à l’hôpital de la Timone. Une occasion pour le public d’y rencontrer les personnels qui veillent sur les dormeurs en proie à des troubles du sommeil. Une opération menée dans le cadre de la 10e journée nationale du sommeil orientée cette année sur les enfants et les personnes âgées. Des seniors nombreux à mal dormir ; 40% des plus de 75 ans se plaignant de leur sommeil quand la somnolence excessive dans la journée concernerait jusqu’à 30 % des plus de 65 ans selon l’institut national du sommeil et de la vigilance, initiateur de cette journée. Les pathologies du sommeil augmentant avec l’âge, leurs répercutions sur la vie quotidienne sont importantes.
Ainsi au centre du sommeil tel que celui de la Timone, on consulte pour des insomnies mais aussi pour les troubles respiratoires nocturnes qui empoisonnent celui qui en souffre comme celle ou celui qui partage le lit. Au premier rang de ces affections, l’apnée du sommeil qui touche un bon nombre d’hommes de plus de 50 ans, en surpoids et qui ronflent depuis longtemps. Des candidats à une consultation au centre du sommeil qui se verront poser des électrodes sur la tête pendant la nuit afin d’enregistrer l’activité cérébrale du cerveau et sur le nez pour capter les flux ; une séance nocturne filmée par une caméra pour corréler informations et images. Le docteur Marc Rey, neurologue, responsable du centre du sommeil, peut louer l’ère numérique. "Avant l’informatisation du recueil de données, il fallait éditer 1500 pages par nuit et par patient. Plus des heures de cassettes vidéo. Dans ces conditions, le sommeil n’était pas étudié comme il l’est aujourd’hui. Nous parvenons maintenant à comprendre ce qui se passe la nuit. N’oublions pas que le sommeil représente le tiers d’une vie… Et quand on dort mal, on est mal dans la journée".
Au-delà des pathologies telles que l’apnée du sommeil dont les formes sévères nécessitent le port, la nuit, d’un masque et l’usage d’un compresseur qui souffle de l’air pour maintenir les voies aériennes ouvertes, c’est le mode de vie d’une large part de la population qui la pousse à ne dormir que sur une oreille. La journée du sommeil permettra aux praticiens d’énoncer quelques règles dont on oublie l’évidence dans une société qui, comme le rappelle le docteur Rey, "voudrait nous priver de sommeil". Et de stigmatiser "les horaires décalés, de nuit, qui cassent les gens". Et toutes "les stimulations comme le télé ou l’ordinateur dans la chambre". De moins en moins respectueux des rythmes biologiques, l’Homme marche sur la tête jusqu’à en perdre le sommeil. Pourtant, ceux qui dorment ne sont pas des fainéants.
Programme de la journée du sommeil vendredi 19 mars :
Portes ouvertes de 10 h à midi au centre du sommeil, 3e étage de l’hôpital de la Timone, à Marseille. Accueil du public avec distribution d’information sur les pathologies du sommeil. Rencontre avec les personnels du centre et explication sur les méthodes d’exploration du sommeil. Par groupe, observation des enregistrements avec les praticiens.
Et conférences sur le sommeil de 17h à 19h, amphithéâtre HA3, rez-de-chaussée de l’hôpital de la Timone :
"La mesure du sommeil humain et ses variations avec l’âge" par le docteur Rey ; "Le sommeil de l’enfant, de sa mise en place à son altération" par le docteur Bat.
Olivier Salmon 
http://www.laprovence.com/article/sante/une-journee-du-sommeil-pour-dormir-sur-ses-deux-oreilles

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.