Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Apnée du sommeil: Quand dormir devient difficile

Apnée du sommeil: Quand dormir devient difficile

En général, une personne qui ronfle gêne son entourage mais ne court pas de danger. A moins que ce ronflement ne soit accompagné des arrêts de respiration.
 
En position allongée, les différents organes de la gorge se relâchent et se détendent. Ces éléments souples et mobiles se mettent à vibrer lors de l'inspiration ou aux deux temps respiratoires (inspiration, expiration). Ce qui provoque le ronflement. Il existe plusieurs éléments favorisants ce dernier comme l'excès de poids, le voile du palais trop long, sinusites, rhinites, les allergies respiratoires, le tabagisme, l'alcool...
«Mon père ronfle très fort et sans s'en rendre compte, il reste beaucoup de temps sans respirer, ce qui a inquiété ma mère. Après consultation, il s'est avéré qu'il fait de l'apnée du sommeil», raconte Amal. Comme dans le cas des parents d'Amal, en apnée du sommeil, souvent, le conjoint est le premier alerté car il est témoin des deux manifestations les plus fréquentes durant le sommeil : les ronflements et les arrêts respiratoires. En effet, l'apnée du sommeil est un trouble respiratoire sérieux qui interrompt le sommeil. Cela signifie que la personne qui en souffre a des courts arrêts respiratoires, pendant qu'elle dort. Ces pauses de la respiration appelées apnées durent entre 10 et 30 secondes, parfois plus longtemps. Les personnes qui font de l'apnée du sommeil peuvent cesser de respirer des dizaines ou des centaines de fois à chaque nuit. 
Ce qui les empêche d'avoir le sommeil réparateur nécessaire à demeurer en santé. D'autres signes peuvent aussi alerter, notamment, s'endormir dans la journée, se sentir continuellement fatigué, être déprimé ou irritable... Ce ne sont pas seulement les signes d'une époque où tout va trop vite ! «Je suis allée voir mon médecin pour mes ronflements qui empêchent mon mari de dormir. Il m'a diagnostiqué un syndrome d'apnée du sommeil. Il m'a affirmé que ma fatigue permanente, mes endormissements au volant sur de longs trajets, ma prise de poids, mes angoisses et dépression, mon irritabilité sont tous dus à l'apnée », confie Sophia. En effet, de nombreux risques sont associés à l'apnée du sommeil. «La recherche scientifique a conclu à un lien bien établi avec des maladies chroniques telles que l'hypertension, les troubles cardiaques, voire crises, les accidents vasculaires cérébraux, l'obésité, le diabète, les troubles de l'humeur sans oublier les risques d'accidents de la route ou de travail par besoin impérieux de dormir, la fatigue et les troubles de concentration», explique docteur Abdellatif Achibet, généraliste. 
L'apnée n'est donc pas un problème à négliger et dans la majorité des cas, le traitement est l'unique moyen qui permet de limiter les risques et d'améliorer votre qualité de vie. Le traitement de référence est la ventilation en pression positive. «La Pression positive continue (PPC) assurée par le port d'un masque adapté au cours de la nuit constitue un traitement efficace du syndrome d'apnées obstructives du sommeil. Le traitement par PPC empêche l'obstruction des voies aériennes supérieures au cours du sommeil et assure un débit d'air continu permettant ainsi de respirer normalement», selon docteur Achibet. «Depuis un mois, je dors en mettant un masque et quel plaisir de retrouver la forme. Je suis beaucoup moins fatiguée, je ne dors plus pendant la journée, je ne ronfle plus, j'ai repris le sport, je n'ai plus mal à la tête le matin», témoigne Kamal. 
lire la suite:
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=116&id=142369
En général, une personne qui ronfle gêne son entourage mais ne court pas de danger. A moins que ce ronflement ne soit accompagné des arrêts de respiration.
 
En position allongée, les différents organes de la gorge se relâchent et se détendent. Ces éléments souples et mobiles se mettent à vibrer lors de l'inspiration ou aux deux temps respiratoires (inspiration, expiration). Ce qui provoque le ronflement. Il existe plusieurs éléments favorisants ce dernier comme l'excès de poids, le voile du palais trop long, sinusites, rhinites, les allergies respiratoires, le tabagisme, l'alcool...
«Mon père ronfle très fort et sans s'en rendre compte, il reste beaucoup de temps sans respirer, ce qui a inquiété ma mère. Après consultation, il s'est avéré qu'il fait de l'apnée du sommeil», raconte Amal. Comme dans le cas des parents d'Amal, en apnée du sommeil, souvent, le conjoint est le premier alerté car il est témoin des deux manifestations les plus fréquentes durant le sommeil : les ronflements et les arrêts respiratoires. En effet, l'apnée du sommeil est un trouble respiratoire sérieux qui interrompt le sommeil. Cela signifie que la personne qui en souffre a des courts arrêts respiratoires, pendant qu'elle dort. Ces pauses de la respiration appelées apnées durent entre 10 et 30 secondes, parfois plus longtemps. Les personnes qui font de l'apnée du sommeil peuvent cesser de respirer des dizaines ou des centaines de fois à chaque nuit. 

 
Ce qui les empêche d'avoir le sommeil réparateur nécessaire à demeurer en santé. D'autres signes peuvent aussi alerter, notamment, s'endormir dans la journée, se sentir continuellement fatigué, être déprimé ou irritable... Ce ne sont pas seulement les signes d'une époque où tout va trop vite ! «Je suis allée voir mon médecin pour mes ronflements qui empêchent mon mari de dormir. Il m'a diagnostiqué un syndrome d'apnée du sommeil. Il m'a affirmé que ma fatigue permanente, mes endormissements au volant sur de longs trajets, ma prise de poids, mes angoisses et dépression, mon irritabilité sont tous dus à l'apnée », confie Sophia. En effet, de nombreux risques sont associés à l'apnée du sommeil. «La recherche scientifique a conclu à un lien bien établi avec des maladies chroniques telles que l'hypertension, les troubles cardiaques, voire crises, les accidents vasculaires cérébraux, l'obésité, le diabète, les troubles de l'humeur sans oublier les risques d'accidents de la route ou de travail par besoin impérieux de dormir, la fatigue et les troubles de concentration», explique docteur Abdellatif Achibet, généraliste. 
L'apnée n'est donc pas un problème à négliger et dans la majorité des cas, le traitement est l'unique moyen qui permet de limiter les risques et d'améliorer votre qualité de vie. Le traitement de référence est la ventilation en pression positive. «La Pression positive continue (PPC) assurée par le port d'un masque adapté au cours de la nuit constitue un traitement efficace du syndrome d'apnées obstructives du sommeil. Le traitement par PPC empêche l'obstruction des voies aériennes supérieures au cours du sommeil et assure un débit d'air continu permettant ainsi de respirer normalement», selon docteur Achibet. «Depuis un mois, je dors en mettant un masque et quel plaisir de retrouver la forme. Je suis beaucoup moins fatiguée, je ne dors plus pendant la journée, je ne ronfle plus, j'ai repris le sport, je n'ai plus mal à la tête le matin», témoigne Kamal. 
lire la suite:
http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=116&id=142369

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.