Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités récentes sur le ronflement et l'apnée du sommeil

Actualités récentes sur le ronflement et l'apnée du sommeil

Avancées récentes sur le Ronflement et l’apnée du sommeil


En fait, ce qui était jadis considéré comme une gêne sociale est maintenant reconnu comme une condition médicale grave, avec des effets secondaires potentiels à long terme et menaçant la vie si elle n'est pas traitée. Il est également clair que les troubles du sommeil couvrent un large spectre, du simple ronflement, le syndrome de résistance des voies aériennes supérieures (UARS), à l'apnée obstructive du sommeil (SAOS). Le SAOS lui-même est catégorisé selon le score d'apnée / hypopnée sur le polysomnogramme, allant du léger (10-19 événements / h), modéré (20-39), au sévère (40 ans et plus). Avec l'évolution des concepts et des options de traitement, il reste important d'avoir un bon plan pour traiter le ronflement et SAOS.

 

Évaluation: Comme pour tout problème, l'évaluation commence par un interrogatoire et un examen complets. Les points pertinents de l'histoire comprennent les habitudes de sommeil, l'utilisation d'alcool et de sédatifs, le ronflement et l'apnée, les maux de tête matinaux et la somnolence diurne. Des questionnaires comme l'Échelle de Somnolence d'Epworth peuvent être utiles. L'échelle de somnolence d'Epworth est un moyen de classer la gravité du trouble du sommeil.

Puisque le SAOS modéré à sévère est presque toujours un problème obstructif à plusieurs niveaux, un examen doit essayer de localiser le niveau de la voie aérienne supérieure causant l'obstruction. À l'aide d'une évaluation par fibre optique nasale, un médecin ORL peut effectuer la «manoeuvre de Mueller», observer les voies aériennes et créer des pressions négatives et identifier les zones de collapsus. Bien entendu, un polysomnogramme ou une étude du sommeil est crucial pour quantifier la gravité de l'apnée.

 

Traitement: Pour le SAOS léger à sévère, la première option est presque toujours un essai de la pression positive continue. Non seulement elle est  efficace à 98% si le masque est porté correctement, mais elle  a peu de risques ou de complications. En outre, de nombreuses compagnies d'assurance exigent un essai de PPC avant d'envisager la couverture pour d'autres options de traitement. Malheureusement,  la tolérance des patients à la pression positive continue reste faible, avec une utilisation à long terme inférieure à 30%.

Avancées dans le traitement chirurgical: Après échec de la PPC, le traitement chirurgical par laser demeure une option viable. Bien que des études antérieures anciennes aient montré de médiocres résultats chirurgicaux à long terme, des études plus récentes de l'Université de Stanford portant sur plusieurs niveaux dans un protocole par étapes offrent des résultats très encourageants.

On peut améliorer l’ouverture des voies respiratoires hypopharyngées par "suspension hyoïde" ou "thyrohyoidopexie". En utilisant des sutures pour fixer l'os hyoïde antérieurement, la voie aérienne hyopharyngée est maintenue ouverte. On peut aussi utiliser un autre nouveau traitement ("Repose suture") utilisant une petite vis à la surface interne de la mandibule reliée à une suture passée à travers la base de la langue, très efficace pour contrôler l'effondrement de la langue.

Une luette trop longue ou trop épaisse peut être traité en une » quinzaine de minutes par laser, CO2, en ambulatoire, comme dans un cabinet dentaire, sous anesthésie locale, sans douleur. Au réveil de l’anesthésie, une douleur d’angine supportable et traitée par des antalgiques permettra au patient de retourner à ses activités normales.

Le 23/03/17,

d’après http://www.entcentergr.com/treatment-services/updated-snoring-sleep-apnea/

Tél : 01 42 66 45 85

du Lundi au Vendredi

de 9h à 19h

72 boulevard de Courcelles

75017 PARIS

Métro Courcelles

Recherche sur le site


Groupe Santé Sommeil

Le groupe médical Santé Sommeil a pour vocation de diagnostiquer et traiter les troubles du sommeil et de la veille chez l’adulte et l’enfant.